COMMUNAUTES ECONOMIQUES REGIONALES 
CERs POLICY CYCLE 

CEEAC

Depuis sa création en 1983, la CEEA en est encore au stade de « Projet de CER ». L’accord portant sur la première étape « la ZLE a été obtenu en 2004 mais la mise en œuvre n’interviendra qu’à partir de 2006.

Cette situation est d’autant plus inacceptable que la CEEAC regroupe quelques uns des pays les mieux dotés en ressources du continent.
Les réticences des pays à déléguer une partie de leur souveraineté économique et la persistance des conflits endémiques expliquent la lenteur du processus d’intégration régionale en Afrique Centrale et classe cette région parmi les dernières dans ce domaine.

Faiblesses criardes
Près de la moitie des ressources est absorbé par la question des conflits entraînant une modification des missions de la CEEAC
Ces faiblesses institutionnelles se caractérisent par l’absence d’une Vision Prospective à l’horizon de 20 ans,d’un programme économique structuré à moyen terme et d’un système de planification et de gestion stratégique.
–Le staff de la CEEAC consacre une part importante de ses ressources à la recherche de soutien extérieur, de projet d’assistance technique et de services ce consultants.


Une organisation vulnérable
Les efforts qui sont réalisés depuis que les crises et les conflits ont baissé en intensité sont destinés à créer les conditions minimales requises pour mettre en œuvre un programme d’intégration régionale opérationnel.
Mais ces efforts sont largement tirés par des soutiens extérieurs et soumis à des conditionnalités qui exigent un engagement concret des Etats membres.
Ces efforts portent sur des questions telles que la réorganisation du SG, la conception d’un organigramme, la description des tâches.
Des éléments aussi fondamentaux pour le fonctionnement d’une organisation moderne font encore défaut : incitations à la performance, transparence et lisibilité des processus opérationnels, constitution d’une masse critique de compétence pour conduire l’intégration économique régionale.
Les équipements et l’infrastructure essentielle font défaut aussi bien pour la formation, la recherche, le networking, la gestion des connaissances, la communication et la consultation des acteurs clés, la gestion des tâches courantes.

Une organisation dépendante
La contribution financière des Etats constitue la principale ressource
La CEEAC n’a pas de capacité pour les mobiliser et encore moins à générer des revenus complémentaires en provenance des bailleurs de fonds, du secteur privé et des marchés des capitaux
Cette dépendance à des implications aussi inattendues que l’obligation pour la Secrétariat de CEEAC de rechercher des ressources financières pour financer la préparation des termes de référence et des services de consultants pour les études de pré-faisabilité.
En l’absence de ressources financières adéquates le Secrétariat éprouve des difficultés à recruter le personnel minimal et à l’équiper ne serait ce que pour progresser vers la mise en place de la Contribution Communautaire d’Intégration indispensable à sa survie en tant que CER.

Capacity Needs ; 2006

.ppt

                                                                                                                

Survey of the Capacity Needs of the Economic Community of Central Africa
             
A. CAPACITES ET BESOINS EXPRIMES (QUESTIONNAIRE)


B. EXAMEN CRITIQUE


C. RECOMMANDATIONS
                            

samsDineSy.org

Mentions Légales                                     CGU                                     Pour Citer                            Déclaration d'intérêt